L'asphalte coulé pour des toitures parking

Introduction Construction Travaux préparatoires Entretien Avantages Conclusion

1. Introduction.

Vu l’augmentation des nombres de véhicules et la multiplication des shopping centra et supermarché (aussi à l’extérieur des villes) le besoin de places de stationnement devient de plus en plus urgent.
Les gens deviennent plus mobiles, les espaces disponibles dans les villes plus petites, cela explique le besoin de mieux gérer ces espaces pour créer la possibilité de pouvoir stationner les véhicules.

L’utilisation de la surface des toitures plates est une solution évidente pour ce problème.
A condition que la structure du bâtiment est adaptée (accès, stabilité, pentes,…) il est possible de réaliser une toiture parking en appliquant une étanchéité circulable.
Il est clair qu’i s’agit ici d’une construction complexe qui nécessite l’apport de compétences dans deux domaines tout à fait différentes : l’étanchéité des bâtiments et la construction routière.
La solution en asphalte coulé est sans doute très valable parce que ce matériau est utilisé dans ces deux domaines depuis des dizaines d’années, pas seulement en Belgique mais presque partout en Europe.

Vers le haut
2. Construction.
Nous partirons toujours du principe de base que l’étanchéité doit être composée de minimum 2 couches. A cette condition, plusieurs solutions pour une étanchéité circulable en appliquant l’asphalte coulé sont développées.

2.1. Construction A
a. couche d’adhésion (ca 250 gr/m²)
b. membrane bitumineuse (min. 4 mm)
c. couche de protection en asphalte coulé (25 mm)
d. couche de roulement en asphalte coulé (25 mm)

Poids total : ca 130 kg/m²

2.2. Construction B
a. couche d’adhésion (ca 250 gr/m²)
b. 1ère couche d’étanchéité en mastic d’asphalte coulé (8 à 10 mm)
c. 2ième couche d’étanchéité avec une membrane bitumineuse (min. 4 mm)
d. couche de roulement en asphalte coulé (30 mm)

Poids total : ca 100 kg/m²

2.3. Construction C
a. couche d’adhésion (ca 250 gr/m²)
b. 1ère membrane bitumineuse (min. 3 mm)
c. 2ième membrane bitumineuse (min. 4 mm)
d. couche de roulement en asphalte coulé (30 mm)

Poids total : ca 85 kg/m²

Nous partons du principe que le complexe d’étanchéité est toujours mise en œuvre en adhésion totale au support.
En même temps, il faut réaliser une adhésion totale entre toutes les couches.
Le choix des matériaux est très important parce que toutes les membranes bitumineuses ne sont pas compatibles avec l’asphalte coulé (surtout la température).
Dans le cas des rénovations de toitures existantes, le support demande beaucoup d’attention. Ici, la construction B a plusieurs avantages car les dénivellations éventuelles dans le support peuvent être nivelées avec le mastic d’asphalte coulé et en même temps, le mastic peut servir comme étanchéité provisoire.
Il est possible d’avoir plusieurs finitions de la couche de roulement : grenaillage, cires, coating,…
La couche de roulement peut être coloré dans la masse en utilisant un liant synthétique pigmentable et des pigments adéquates.
Pour les rampes (moins que 12%) seulement la construction A est possible.
Les détails (murs verticaux, égouts, joints,…) doivent être étudiés cas par cas.

Vers le haut
3. Travaux préparatoires.
Le support en béton sur lequel nous devrions poser un complexe d’ étanchéité circulable, doit répondre à des exigences différentes sur :

    - l’égalité
    - la planéité
    - la portance de la surface
    - texture
    - humidité
    - pentes
    - …

L’état du support est très important pour pouvoir garantir le résultat désiré (étanchéité + accessibilité).
Il faut tenir compte que quelques travaux préparatoires sont nécessaires avant de pouvoir poser les couches d’étanchéité :

    - grenaillage
      afin d’éloigner le peau de ciment et éventuellement le curing compund
    - Impregnation
      la pose d’un cire à deux components pour éviter le cloquage
    - couche d’égalisation
      afin d’égaliser la surface et de préparer le support pour la pose d’une membrane bitumineuse

Surtout le dernier travail est inévitable en cas d’une rénovation d’une toiture parking existante où le béton (après démolition du revêtement existant) n’est pas adapté pour recevoir directement la première couche de l’étanchéité.

Vers le haut
4. Entretien.

Un revêtement en asphalte coulé ne demande pas d’entretien spécial. Un entretien normal (évacuer déchets, saletés,…) est suffisant.
L’ asphalte coulé ne provoque pas de poussière, il ne dégage aucune particule de poussière suite à son utilisation répété.
Le nettoyage d’un revêtement en asphalte coulé peut se faire avec des moyens traditionnels : brosser, rinçer, … et même avec des nettoyeurs à haute pression, ils n’ont aucun effet néfaste sur le revêtement.

5. Avantages.

En comparaison avec les autres matériaux, la solution en asphalte coulé ( membrane bitumineuse + asphalte coulé) donne des avantages qui ont conduit à une situation sur le marché où le maître de l’ouvrage lui-même va souvent pour cette solution .

Les caractéristiques suivantes jouent un rôle dans ce choix :
- un ratio optimal prix/qualité
- épaisseur réduite = poids propre réduit
- utilisable après refroidissement
- pose manuelle
- sans vides
- confortable
- entretien minimal
- matières premières naturelles
- 100% réutilisable
- plusieurs finitions de la surface possibles

Vers le haut
6. Conclusion.

Dans le choix d’un revêtement circulable pour une toiture, il faut tenir compte des caractéristiques spécifiques des matériaux utilisés.
L’expérience nous montre que l’asphalte coulé répond à un grand nombre des critères demandées. Cela résulte à une utilisation à grand échelle en Belgique (et aussi aux autres pays d’Europe).

L’étanchéité et le revêtement en asphalte coulé est pour cela une solution responsable sur le plan économique aussi bien que sur la durablité.

Vers le haut
Copyright : OBAC-BGO 2017